Stop aux nuisances des deux-roues motorisés (2RM)

Destinataires : Autorités cantonales et municipales de Genève

Madame, Monsieur,

Nous, habitant.e.s, citoyen.ne.s ou usagers.ères de la mobilité douce à Genève, avons salué la création récente de nouveaux espaces dévolus à la mobilité douce et piétonne. Cependant, les bienfaits de ces installations sont malheureusement limités en raison des deux-roues motorisés (2RM) qui amènent un lot considérable de nuisances. C’est pourquoi nous demandons aux autorités d’agir afin d’éliminer les désagréments occasionnés par les 2RM.

Le collectif français @raslescoot écrivait ceci en 2019 : « Les deux roues motorisés (2RM) ont longtemps bénéficié d’une tolérance, sinon d’une bienveillance des autorités, perçus peut-être comme une alternative à la voiture. Cela a permis le développement des déplacements en scooter et moto mais aussi l’explosion de leurs nuisances, peu sanctionnées: circulation et stationnement sur les trottoirs, dans les zones piétonnes et les espaces réservés aux vélos, bruit démesuré, vitesse excessive et autres infractions au code de la route. Les 2RM en ville sont un problème, pas une solution. »[1] Les mots et la situation décrivent parfaitement la situation Genevoise!

En effet, force est de constater que les 2RM occasionnent des nuisances à plusieurs niveaux :

  • BRUIT : Le bruit des 2RM (mais aussi de certaines voitures aux pots trafiqués) incommode les gens, mais impacte également leur santé, dans la rue, en terrasse ou même chez eux. L’Office Fédéral de l’Environnement a déterminé en 2018 que « les effets sur la santé du bruit du trafic en Suisse coûtent près de 47’000 années de vie en bonne santé »[2] De plus, en journée 1 Suisse sur 5 (1 Suisse sur 8 pendant la nuit) est exposé au bruit engendrant des coûts pour la santé s’élevant à CHF 2.6 milliards de francs.[3] Comme il s’agit de comportements bruyants évitables, il est tout à fait possible de faire en sorte que la population en soit épargnée.
  • AIR : Les moteurs des 2RM polluent l'air, notamment par l'émission de particules fines. Ceci est d’autant plus vrai lorsque les 2RM sont conduits de manière agressive et bruyante (cf. point précédent). Or, nous savons que la pollution de l'air tue prématurément 4’000 personnes par année en Suisse.[4]
  • PLACE : Tant dans le trafic qu’à l’arrêt, les 2RM empiètent sur les infrastructures dévolues à la mobilité douce, comme les bandes et pistes cyclables, les sas vélos, et les trottoirs. Les 2RM roulent sur ces installations ou stationnent dessus  de manière sauvage, empêchant trop souvent le passage des personnes en situation de handicap ou avec poussette.
  • COMPORTEMENT : Bien que cet aspect ressort grandement des points précédemment évoqués, les 2RM adoptent trop souvent des comportements agressifs, insultants, voire menaçants qui n’ont pas lieu d’être dans le trafic. À noter que de tels comportements peuvent mener à des accidents qui, avec de tels engins, peuvent avoir de graves conséquences.

Partant, les signataires demandent aux autorités qu’elles mettent fin aux tolérances illégales et contraires à la loi. Dura lex, sed lex. C’est pourquoi, nous attendons qu’elles œuvrent :

  • à éliminer les nuisances sonores et polluantes provoquées par des modifications apportées aux véhicules ou la façon de conduire (laisser tourner son moteur à l’arrêt, donner des coups de gaz intempestifs, conduire à bas régime, klaxonner inutilement, etc., cf. Art. 42 LCR et Art. 13 LCR), p.ex. en verbalisant les dispositifs d’échappement non-conformes et les comportements indésirables.
  • à empêcher les entraves à la circulation des cycles sur les bandes et pistes cyclables, les slaloms entre les voitures, les franchissements de lignes continues et les devancements par la droite, ainsi que l’occupation des sas vélos par les 2RM (Art. 34, 40 et 47 LCR), et au cheminement des piétons sur les trottoirs, les passages piétons ou dans les zones 20 (Art. 33 LCR).
  • ne tolèrent plus le stationnement des 2RM sur les trottoirs, les parkings vélos et autres endroits où ces véhicules gênent (Art. 41 LCR) comme décidé par le Tribunal Fédéral.[5] De même et de manière plus générale, les autorités pourraient accorder une attention plus grande à la problématique des parkings sauvages sur les bandes/pistes cyclables ou sur les places de stationnements deux roues, tous types de véhicules confondus.
  • à réprimander les écarts de vitesses, en particulier dans les zones limitées à 20, 30 et 50 km/h (Art. 32 LCR) et les autres infractions (usage du natel compris (Art. 31 LCR et Art 3 OCR)).
  • à limiter les rassemblements de 2RM et de leurs déplacements groupés, incompatibles avec la préservation d'un environnement urbain calme et protégé, ainsi que le bien-être de ses habitants.

Les demandes des signataires de cette pétition sont adressées aux autorités Genevoises responsables, tant au niveau exécutif (p. ex. Conseil d’État, force de police), que législatif (p.ex. Grand Conseil) qui feront le nécessaire pour que les nuisances évoquées ci-dessus cessent et que les citoyen.ne.s de ce canton puissent bénéficier d'un environnement plus sain et plus sûr, ainsi que d'une qualité de vie à la hauteur des principes qui régissent la République et Canton de Genève.

Merci.

Le collectif Ouïe

Pour en savoir plus sur la problématique, vous pouvez consulter les pages suivantes :


[1] https://raslescoot.fr/
[2] https://www.bafu.admin.ch/dam/bafu/fr/dokumente/laerm/uz-umwelt-zustand/laermbelastung-in-der-schweiz.pdf.download.pdf/UZ-1820-F.pdf
[3] https://www.rts.ch/info/suisse/10396850-le-bruit-enjeu-majeur-de-sante-publique.html
[4]  https://pages.rts.ch/emissions/temps-present/suisse/10911749-voitures-a-quand-la-fin-de-l-enfumage.html#10911750
[5] https://www.rts.ch/info/regions/geneve/9965373-le-tf-confirme-l-interdiction-totale-de-stationner-des-motos-sur-les-trottoirs.html?fbclid=IwAR3YE99j-LFJrAmKviWxMdotiBEOLVSBBnudF1O1C8xxLWOpYaRtcew-234 

Signer cette pétition

En signant, j'autorise Collectif Ouïe à remettre ma signature à ceux qui ont le pouvoir en la matière.


OU

Pour recevrez un e-mail contenant un lien pour confirmer votre signature. Pour vous assurer de recevoir nos e-mails, veuillez ajouter info@petitionenligne.ch à votre carnet d'adresses ou votre liste des expéditeurs autorisés.

Veuillez noter que vous ne pouvez pas confirmer votre signature en répondant à ce message.

Publicité payante

Nous ferons la promotion de cette pétition auprès de 3000 personnes.

Apprendre encore plus...