Recherche : non à une loi inégalitaire

Lettre à MM. Petit et Macron, et à tous les tenants de la compétition comme mode de fonctionnement des sociétés humaines  

 

Cela fait de très nombreuses années que les gouvernements successifs cherchent à mettre en avant les inégalités de traitement comme moteur d'une plus grande efficacité supposée des services publics. Le dernier exemple en date concerne le monde de la recherche et émane de M. Petit, président du CNRS, dans une tribune publiée par Les Echos (26/11/2019). Parlant de la future Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche, M. Petit appelle de ses vœux « une loi ambitieuse, inégalitaire - oui, inégalitaire, une loi vertueuse et darwinienne, qui encourage les scientifiques, équipes, laboratoires, établissements les plus performants à l'échelle internationale, une loi qui mobilise les énergies. » Ces propos ont déjà fait réagir plusieurs chercheurs dans deux tribunes publiées simultanément par Le Monde (ici et ) la semaine dernière. 

Nous, acteurs de la recherche publique, souhaitons maintenant collectivement interpeller M. Petit et toutes les personnes pensant que la compétition entre individus est une solution pour améliorer le fonctionnement de nos sociétés : depuis Charles Darwin, plus de 150 ans de recherche nous ont appris que la sélection naturelle n’est pas un processus d’optimisation collective. Au contraire, la sélection naturelle opère souvent à l’échelle des individus, favorisant les caractéristiques des individus les plus aptes à survivre et à se reproduire, parfois au détriment du groupe. En biologie évolutive, on ne compte plus les exemples de « culs de sacs évolutifs », voire de « suicides évolutifs », où les avantages à court terme des individus finissent à long terme par faire disparaître une population entière.  

Pour ne prendre que l’exemple de la recherche, que nous connaissons mieux : si l’objectif de la future loi est bien, comme nous l’espérons, de faire progresser la connaissance et son utilité pour la société, sur quels critères devrait se fonder une loi soi-disant « darwinienne » ? Sur l’attribution de plus de moyens aux chercheur.e.s, ou aux groupes de chercheur.e.s, les plus productifs ? Une telle approche repose sur plusieurs postulats non vérifiés, notamment :

- Qu’il est possible d’évaluer de façon objective la productivité ou la créativité des chercheurs. Or, la dérive du système d'évaluation actuel de la recherche pose beaucoup de questions [1]. Ce système est fondé sur des indicateurs quantitatifs, et favorise donc les chercheur.e.s qui publient le plus, parfois en utilisant des méthodes au mieux discutables (« sélection naturelle d’une mauvaise science », [2]), au pire frauduleuses [3].

- Que les avancées scientifiques sont obtenues par quelques génies ou dans quelques « centres d’excellence ». Une vision critique de l'histoire des sciences balaie cette assertion [4]. La recherche est avant tout le fait d'équipes de recherche, de travaux expérimentaux de plus en plus collectifs, d'échanges d'idées et de discussions qui enrichissent nos perceptions des problèmes auxquels nous faisons face, rarement d'éclairs de génie isolés.

- Que les moyens financiers sont « mieux » utilisés lorsqu'ils sont réorientés vers quelques rares personnes ou centres de recherche. Au contraire, miser de manière très inégalitaire sur quelques chercheur.e.s conduit inéluctablement à une perte de productivité de la science. En effet, la productivité marginale (en termes de connaissances produites) d'un euro injecté dans la recherche diminue avec les montants alloués - autrement dit, la même somme produit plus quand elle est divisée entre un plus grand nombre de groupes de recherche (voir la synthèse sur ce sujet [5]).   

En résumé, nous pensons qu’une politique de la recherche fondée sur une augmentation à outrance de la compétition sera contre-productive, parce qu’elle ne sélectionnera pas les caractéristiques des chercheurs qui promeuvent une science de qualité : rigueur, coopération, inventivité, scepticisme et originalité. Ces caractéristiques seront indispensables pour répondre aux défis scientifiques posés par les grands problèmes de société tels que les changements planétaires.  

Nous pensons également que notre raisonnement est valable pour le fonctionnement de bien d’autres institutions, au-delà du monde de la recherche : dès lors qu’un raisonnement fondé sur la mise en concurrence des acteurs est appliqué, les individus qui tirent leur épingle du jeu sont celles et ceux qui ont compris comment remplir les critères de sélection. Dans certains cas, cela peut aller de pair avec une augmentation du bien commun, mais c’est souvent fortuit, et dans de nombreux cas cela conduira à une diminution du bien commun et à une augmentation des inégalités : lorsque réduire son investissement pour le collectif permet de mieux remplir les critères de sélection, alors cette stratégie sera sélectionnée.  

Enfin, les choix de société ne doivent pas nécessairement être inspirés de ce qui se passe dans la nature. C'est aux sociétés humaines de choisir leur système de valeur en utilisant des arguments moraux. Les effets de la compétition dans la recherche et de nombreux autres secteurs de la société font déjà des dégâts considérables démontrés sur la santé mentale des personnes (« Le blues des chercheurs français », Le Monde 14/10/2019). Les recherches les plus sérieuses qui se sont penchées sur le sujet démontrent d'ailleurs que les inégalités pécuniaires ou de statut sont un moteur de mal-être et d'inefficacité, et ce dans toutes les couches de la société [6].   

Concernant la future loi de programmation de la recherche, nous soutenons donc les recommandations des sociétés savantes académiques de France, qui résultent d'une longue consultation de l'ensemble des acteurs de la recherche. Les recommandations identifiées comme prioritaires sont :    

- Faciliter l'organisation de la recherche en redonnant du temps de recherche aux chercheur.e.s et enseignant.e.s-chercheur.e.s, en rétablissant une confiance mutuelle entre administrations et chercheur.e.s et en facilitant la gestion des laboratoires via un assouplissement des règles budgétaires notamment ;    

- Donner plus de moyens à la recherche publique civile en augmentant les dotations de base des laboratoires, en améliorant le fonctionnement et la transparence de l'agence nationale de la recherche [ANR, l'agence en charge de distribuer les crédits sur projet] et en soutenant le montage des dossiers européens et la gestion des contrats obtenus ;    

- Renforcer l'emploi scientifique en augmentant les recrutements permanents dans tous les corps, contrairement à la tendance de ces dix dernières années, et en améliorant les carrières académiques, notamment en diminuant la précarité des jeunes chercheur.e.s ;    

- Dynamiser les interactions entre la sphère académique et le reste de la société en valorisant le doctorat dans le monde économique, en prenant en compte dans leur formation et leur progression de carrière l’implication des acteurs de la recherche publique dans des interactions avec la société et en encourageant des collaborations mutuellement bénéfiques entre la recherche publique et d'autres sphères de la société.  

A l'heure où les acteurs de la recherche et de l'enseignement supérieur se doivent d'être des parangons de rigueur scientifique pour contrer la montée des nouveaux obscurantismes, l'irruption d'un projet de réorganisation du monde de la recherche fondé sur une adhésion dogmatique à des idées néfastes, qui s'appuient sur des postulats systématiquement contredits par les données, suggère une incompréhension, feinte ou patentée, du métier de chercheur par ceux qui aimeraient le régenter. Ne nous méprenons pas sur la justification pseudo-darwinienne donnée à ce projet, renforcer l'inégalité ne saurait augmenter la productivité académique, mais permettra bel et bien d'appliquer la maxime latine Divide et Impera : diviser pour mieux régner. Et régner sur une recherche publique vidée de ses forces vives n'améliorera certainement pas le rang de la France dans les classements académiques qui servent de bréviaires aux défenseurs de ce projet.

   

Bibliographie

[1] Gingras, Y. (2014) Les dérives de l'évaluation de la recherche: du bon usage de la bibliométrie, Raisons d'agir.

[2] Smaldino, P. E. & McElreath, R. (2016) The natural selection of bad science. Royal Society Open Science, 3. https://doi.org/10.1098/rsos.160384

[3] Chevassus-au-Louis, N. (2016) Malscience. De la fraude dans les labos, Le Seuil.

[4] Conner, C. (2011) Histoire populaire des sciences, L'Echappée.

[5] Aagaard, K., Kladakis, A. & Nielsen, M. W. (2019) Concentration or dispersal of research funding? Quantitative Science Studies, https://doi.org/10.1162/qss_a_00002

[6] Wilkinson, R. & Pickett, K. (2013) Pourquoi l'égalité est meilleure pour tous, Les Petits Matins.    

 

Signatures collectives (40)

Société Botanique de France

Société Française de Biologie du Développement

Société Française de Bioinformatique

Société des Neurosciences

Société Française d'Astronomie et d'Astrophysique 

Association Française de Sociologie

Association des Historiens Contemporanéistes de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche

Association Française d’Histoire des Mondes du Travail

Société des Anglicistes de l'Enseignement Supérieur

Société Française d’Écologie et d’Évolution

Alliance des universités de recherche et de formation

Société Française de Génétique

Société Préhistorique Française

Société des Médiévistes de l'Enseignement Supérieur Public

Association des Enseignants chercheurs en Psychologie des Universités

Société de Sociologie du Sport de Langue Française

Association Française de Recherche sur les Livres et les Objets Culturels de l'Enfance

Société Française d'Exobiologie

Association Française d'Histoire Économique

Société Française de Phytopathologie

Association Française d'Études Américaines

Société Française Shakespeare

Société Mathématique de France

Société Française de Philosophie

Sud Recherche EPST - Solidaires

Société d'Anthropologie de Paris

Société des Professeurs d’Histoire Ancienne de l’Université

Revue d'histoire du XIXe siècle

Société d'histoire de la Révolution de 1848 et des révolutions du XIXe siècle

Société Professionnelle des Enseignants et Chercheurs en Informatique de France

Société d’Études Anglo-Américaines des XVIIe et XVIIIe Siècles

Société Française pour l'Histoire des Sciences de l'Homme

Societe Francaise de la Neutronique

Société Française des Microscopies

Association des Linguistes Anglicistes de l'Enseignement Supérieur

Société Française de Psychologie

Société Française d'Optique

Société Française de Statistique

Groupe d'Etude et de Recherche en Anglais de Spécialité

Société Française de Littérature Générale et Comparée

Société des Océanistes


Collectif de chercheur.e.s et enseignant.e.s-chercheur.e.s    Contacter l'auteur de la pétition

Signer cette pétition

En signant, j'autorise Collectif de chercheur.e.s et enseignant.e.s-chercheur.e.s à remettre ma signature à ceux qui ont le pouvoir en la matière.


OU

Pour recevrez un e-mail contenant un lien pour confirmer votre signature. Pour vous assurer de recevoir nos e-mails, veuillez ajouter info@petitionenligne.ch à votre carnet d'adresses ou votre liste des expéditeurs autorisés.

Publicité payante

Nous ferons la promotion de cette pétition auprès de 3000 personnes.

Apprendre encore plus...